Les propriétés préventives du miel

 

        Action anti-oxydante :

Le miel contient une quantité non négligeable de flavonoïdes issus de la famille des polyphénols*, il a été prouvé que ces substances végétales secondaires** sont anti-oxydantes et anticoagulantes, elles préviennent le cancer, stimulent le système immunitaire et régularisent la tension ainsi que la glycémie. Le miel est aussi composé d'acide ascorbique, un acide organique que l'on trouve sous forme de vitamine C dans les fruits, et d'oligo-éléments, également antioxydants.

  Comment fonctionne un anti-oxydant ?

Dix mille fois par jour, chacune des cellules est attaquées par des composés oxygénés réactifs : les radicaux libres, dangereux pour les cellules. A terme, ces agressions peuvent provoquer le déclenchement d’un infarctus du myocarde (= crise cardiaque) ou d’un cancer, la cataracte, des maladies du système nerveux, ... Ces radicaux étant présents pratiquement partout, il est impossible de les éviter, même notre corps en produit. Ils entrent dans l’organisme par les aliments, l’air, la fumée de cigarette, la pollution et même les médicaments. L’homme est donc exposé à ce que l’on appelle un « stress d’oxydation ».

Les radicaux libres sont constitués d’un électron dit «libre», ils prennent donc l’électron libre d’autres molécules, c’est ce qu’on appelle l’oxydation, et les transforment à leur tour en radicaux libres. C’est à ce moment là qu’interviennent les anti-oxydants, ils empêchent l’oxydation des cellules en neutralisant les radicaux libres, évitant ainsi que les membranes cellulaires soient détruites et que les enzymes soient endommagées et par conséquent inefficaces. Ils permettent aux cellules de garder leur intégrité, de préserver leurs gènes et donc de vivre sans dangerosité pour elle-même et les tissus alentours. L'oxydation d'une cellule est un signe de son vieillissement, de son rapprochement vers la mort. L'antioxydation ralentit donc le vieillissement cellulaire et permet une bonne santé cellulaire.

Action des antioxydants sur les radicaux libres

Les radicaux libres attaquent les graisses et les protéines de la membrane cellulaire. Les anti-oxydants se combinent aux radicaux et les neutralisent. Si deux radicaux se combinent, ils se neutralisent mutuellement. 

Peu d’études se sont penchées sur l’impact de la consommation de miel en relation avec le cancer. Des chercheurs ont toutefois démontré, à la suite d’une étude réalisée sur des cellules, que la consommation de miel fournirait une protection contre le cancer du sein. Cette protection serait attribuable au pouvoir antioxydant du miel, donc à sa teneur en flavonoïdes. Les radicaux libres étant impliqués dans les processus d’endommagement de l’ADN et dans la croissance des tumeurs cancéreuses, leur inactivation par les antioxydants ralentirait ces phénomènes et donc la prolifération des cellules cancéreuses. Malgré ces résultats très encourageants, de tels effets n’ont pas encore été démontrés chez l’humain. Les flavonoïdes ont également fait l’objet d’études. Ces antioxydants sont reconnus comme étant très efficaces pour désactiver les molécules oxydées naturellement dans l’organisme. D’autres ont des effets protecteurs vasculaires en freinant l’oxydation du mauvais cholestérol (LDL cholestérol). 

Ces composés permettent aussi à notre organisme de lutter contre certains problèmes et certaines maladies liés au vieillissement. Les antioxydants jouent un rôle très important dans la protection contre les dommages causés par les rayons UV et aident à la régénération de la peau.  La peau est une des premières victimes du manque d’antioxydants.

Le miel a donc une grande place dans les produits cosmétiques. On le retrouve dans les gels douches, les baumes à lèvres, les savons, les crèmes hydratantes et dans les préparations de masques de beauté qui redonnent souplesse et élasticité à la peau du visage.

 

 

 

* Les polyphénols constituent un groupe de substances chimiques de structures identiques, situées dans la peau des fruits, des légumes et l’enveloppe des céréales, les flavonoïdes sont d’importants représentants de ce groupe.

** Les substances secondaires sont produites par les plantes, soit pour se protéger, par exemple des insectes, des bactéries, des champignons, soit pour attirer des éléments qui assureront leur survie. Il s’agit de régulateurs de croissance, d’anticorps contre les maladies, de substances protectrices naturelles, de substances aromatiques, et de nombreuses autres substances bioactives. Ces substances font également leur effet sur les êtres humains par le biais de leur nourriture quotidienne. 

 

        Miel et système immunitaire :

  Le miel, un aliment remarquable ?

Le miel est un aliment vivant quand il n'est pas pasteurisé. Il est comparable aux fruits, avec cet avantage qu'il se conserve très bien durant des années. C'est même le produit alimentaire qui, dans des conditions adéquates, se conserve le mieux et le plus longtemps.

Mais ce qu'il y a de remarquable, c'est qu'il a le pouvoir "d'entretenir la vie" et une petite expérience le met en évidence : les graines des plantes et des arbres ont un pouvoir germinatif limité dans le temps. Au bout de 2 à 5 ans selon les espèces, elles ne peuvent plus germer. Ces mêmes graines, mettons-les dans du miel : 20 ans après, vous les ferez germer ( l'expérience a été faite ). Et c'est ainsi que l'on a retrouvé du blé égyptien dans les pyramides. Il était complètement pris dans du miel cristallisé.  

  Du miel bon pour petits et grands ?

Parmi les nombreuses qualités du miel, on remarque essentiellement la capacité de celui-ci à fixer les sels minéraux sur les os. En lui-même, il n'est pas très riche en sels minéraux mais le fait qu'il aide ces derniers à se fixer sur les os entraîne qu'un enfant, nourri habituellement avec du miel, se développe sensiblement mieux que ceux qui en sont privés. De plus le miel favorise l'assimilation du calcium et la rétention du magnésium par l'organisme, deux minéraux essentiels au bon fonctionnement de notre "usine" biologique ; ainsi les enfants qui ont seulement du sucre blanc ont une calcification osseuse et dentaire moins rapide et moins efficace.

Le miel est également constitué d'éléments essentiels ayant un rôle capital voire indispensable ; c'est le cas des oligo-éléments. Notre alimentation actuelle, très appauvrie en oligo-éléments, se trouvera donc utilement complétée par l'apport de miel quotidiennement, miel qui s'avère dans ce domaine un complément quasi-complet . A l'inverse des oligo-éléments qui sont plutôt rares, les vitamines sont omniprésentes dans le miel, ainsi on en observe 5 principales:

  • Vitamine B1 : également appelée thiamine. Elle joue un rôle important dans le métabolisme des glucides.
  • Vitamine B2 : également désignée par le nom de riboflavine. Elle agit dans les réactions enzymatiques et métaboliques avec d'autres vitamines du groupe B
  • Vitamine B6 : également appelée par le nom de pyridoxine c'est un coenzyme entrant dans les réactions de formation de l'acide nicotinique ou vitamine PP.
  • Vitamine PP : également désignée par le nom d'acide nicotinique, elle joue un rôle essentiel dans les métabolismes glucidiques et entre dans la constitution de plusieurs enzymes d'oxydoréduction.
  • Vitamine C : également appelée par le nom d'acide ascorbique, elle est requise dans la synthèse du collagène et des globules rouges. Elle contribue au système immunitaire.

Le miel est donc essentiel au bien-être des enfants.

Pour l'enfant comme pour l'adulte, le miel facilite l'endormissement grâce à la sécrétion de sérotonine (hormone du bien-être) par le tryptophane (acide aminé) qui facilite le sommeil. Grâce à la présence d'acides aminés qui sont indispensables à la synthèse des protéines, et qui interviennent dans le processus énergétique cellulaire, il est indiqué de consommer du miel pour lutter contre l'état de fatigue causée par l'anémie (maladie touchant la qualité ou le nombre de globules rouges. Ces derniers sont des cellules du sang, permettant d’amener l’oxygène aux différents tissus du corps). Par ailleurs, de par sa richesse en éléments biologiques, le miel augmente aussi les capacités du système de défense immunitaire, renforçant ainsi la résistance de notre terrain dans sa lutte contre les agressions en général. Richesse qui participe aussi à une action non négligeable de complémentarisation alimentaire palliant de nombreuses micro-carences qui sont sources, à long terme, de troubles maladifs plus ou moins importants.

Le miel consommé tel que la nature nous l'offre est donc paré de vertus qui font de lui un aliment essentiel et remarquable. Cependant oublié avec l'arrivée des antibiotiques qui possèdent parfois des vertus identiques voire même moins efficaces.

Le miel contient deux protéines qui expliquent ces propriétés antibiotiques:

  • Des inhibines, qui freinent ou inhibent la reproduction des bactéries;
  • Des défensines (protéines qu'on trouve chez divers vertébrés et invertébrés, dont insectes) et qui jouent un rôle chez l’homme, dans le système immunitaire.

Un disfonctionnement de cette dernière peut être la cause de maladies chroniques comme la maladie de Crohn.

Des Néerlandais ont montré que les défensines étaient la substance la plus antibiotique du miel, et qu'il était résistant notamment contre des staphylocoques .

Le miel est donc un élément essentiel et très efficace contre les bactéries, ses propriétés antibiotiques et ses vertus préventives ne sont donc plus à prouver bien qu'il fut évincé au profit des antibiotiques.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×